3 conseils pour se préparer à une course d’endurance

Des astuces s’imposent, afin d’éviter les éventuels accidents et malaises tout en profitant de tous les avantages de la pratique d’une activité. La préparation de la course permet de courir efficacement tout en renforçant ses muscles.

Privilégier le renforcement des muscles

Les coureurs qui négligent cette étape ont souvent affaire à des accidents plus ou moins graves. Les muscles au niveau de certaines parties du corps, étant trop sollicités, s’exposent facilement à la fatigue. Ils doivent ainsi être renforcés, afin d’améliorer ses performances. Cette option permet également d’amoindrir les risques de blessures.

L’idée consiste à participer fréquemment à une séance de renforcement des muscles des jambes. Ainsi, le coureur pourra faire travailler particulièrement ses quadriceps, fessiers, mollets et ishio-jambiers. L’échauffement ne doit pas non plus être omis. Il permet de renforcer les muscles tout en améliorant les performances en courses.

Évaluer ses performances

Le suivi de ses propres performances constitue la principale clé de la réussite en matière de préparation à une course d’endurance. Le coureur doit, pour ce faire, se baser sur la distance parcourue en une semaine. Puis, il doit l’augmenter au moins de 10 %. Lors de la préparation de la course, un adepte de la course d’endurance ayant pu parcourir 15 km en une semaine doit ainsi se préparer à courir une distance de 16.5 km.

Dans l’idéal, il faut varier la séance et ne pas faire plusieurs sessions identiques. Sans doute, l’intensité doit dépasser celle de la dernière pratique. Pour améliorer les performances dans la pratique de cette activité, vous devez avoir des équipements complets. Pour ne pas trop dépenser, il vous suffit de vous procurer d’une paire de chaussures de running. Elle doit, toutefois, vous faire sentir à l’aise durant vos courses à travers une longue distance.

Se reposer suffisamment

L’excès d’entraînement est l’une des principales causes de blessures chez les adeptes de la course d’endurance équestre ou à pieds. Le repos ne doit donc pas être négligé dans la phase de la préparation. Le but étant de veiller à ce que le corps puisse récupérer totalement entre deux séances. Cette solution évitera les coureurs de la fatigue qui risque de les exposer à d’autres problèmes, tels que les inflammations, le manque de glycogène, les dysfonctions du système immunitaire, etc.

Les phases de récupération sont alors à privilégier. Elles offriront à votre corps d’occasion de s’adapter petit à petit au rythme. Quel que soit le type d’entraînement, le coureur peut se sentir fatigué. Il peut également souffrir des courbatures durant quelques jours après l’entraînement. À défaut d’un bon repos, la performance peut alors se dégrader.